Cours 7  


 

1-Identifier la nature du texte
Demander aux apprenants de faire une lecture silencieuse du texte de Modiano. Donner des précisions sur la source : Gallimard,
célèbre éditeur de romans et d’essais. Faire justifier la réponse par plusieurs éléments du texte. Éclaircir le mot pedigree au moment
de la lecture des sources : « extrait du livre généalogique d’un animal de race pure » (Le Robert).

POUR ALLER PLUS LOIN : Faire définir la différence entre journal intime et autobiographie. Le journal intime, même fictif, consigne
des événements personnels, des réflexions de son auteur sur le monde et les événements qui l’entourent. Le lecteur n’y a pas sa place.
Se reporter à l’entrée autobiographie dans l’Abécédaire culturel, page 142. Le projet autobiographique est de se raconter à des tiers.

2 – Approfondir la compréhension du texte
Mettre les apprenants en binômes pour rechercher les réponses aux activités a), b), c). Faire justifier les réponses à a) et b) par des
éléments du texte. Reporter au tableau, ou sur transparent, les réponses à la question c). Le plan ainsi dégagé pourra faciliter la
production écrite de la question 4.
Pendant la mise en commun en grand groupe, on peut provoquer les commentaires des apprenants sur les « points d’ancrage » de
Modiano et ce qui les frappe particulièrement : les personnes qu’il cite ; les références familiales masculines ; l’unique information
sur son père ; son nom à consonance italienne et les origines qu’il raconte ; etc.

z POUR ALLER PLUS LOIN : analyse textuelle
Faire relire le texte.
1. Faire souligner tous les éléments qui marquent l’incertitude, le doute (« en ignorant ce que ce mot signifiait vraiment… », « un chien
qui fait semblant », « aucun milieu bien défini », « si ballottés, si incertains… », « ce sable mouvant », « des lettres à moitié
effacées », pour confirmer la perplexité de Modiano pour définir son origine.

2. Se reporter ensuite au titre de l’ouvrage (Un pedigree et faire retrouver la phrase du texte qui justifie ce titre) pour le faire
expliquer. Faire dégager le sentiment que l’absence de « pedigree » transmet (un chien perdu, un croisement bizarre, un animal sans
classement acceptable et l’angoisse qui peut en découler).
3. S’arrêter sur les temps verbaux employés : les temps du passés au début du texte (naissance, parents, généalogie), puis le passage
au présent. Faire trouver les deux emplois du présent : celui de l’écrivain en train d’écrire (l’énonciation) et le « présent de
narration » dans l’énoncé, pour rendre plus proche et plus vivante l’évocation de l’installation de sa mère à Paris. Faire également
remarquer que le passé ponctuel est le passé-composé (et non le passé-simple) puisque l’autobiographie entretient une relation
directe avec le présent de l’écrivain.
4. Faire relire la 2e phrase du texte (J’écris juif parce qu’il était mentionné à l’époque sur les cartes d’identité) et la faire associer à
la dernière phrase (les lettres à moitié effacées d’une fiche d’état-civil ou d’un questionnaire administratif).
Faire réfléchir sur cette mise en parallèle et le choix que fait Modiano de se présenter « administrativement ».

POINT INFO
Patrick Modiano : né le 30 juillet 1945 à Boulogne Billancourt, de Luisa Colpeyn, Belge, et d’Albert Modiano d’origine
italienne. En 1947, naissance de son frère Rudy qui mourra en 1957. Ils habitent au 15, quai Conti à Paris. Au début des
années 1960, ses parents se séparent. Patrick Modiano passe son bac, puis s’inscrit à la Sorbonne (1965-66). Son premier
roman La place de l’Étoile est publié en 1967 chez Gallimard. Il ne cesse depuis d’écrire, environ un roman par an. Il obtient
en 1978 le Prix Goncourt pour Rue des boutiques obscures. Son dernier roman s’intitule Dans les cafés de la jeunesse perdue.
Ses titres sont souvent significatifs de la recherche de Modiano : une errance dont le fil conducteur sont les années de
l’Occupation dans lesquelles il plonge à la recherche de son passé et de son identité. Souvenirs d’enfance, relation difficile
au père, interrogations et troubles identitaires sont autant d’étapes dans la quête éternelle, transposée d’un roman à
l’autre qui, tous, ont un étrange caractère familier pour le lecteur et donnent à l’œuvre un parfum universel.
« Comme tous les gens qui n’ont ni terroir ni racines, je suis obsédé par ma préhistoire. Et ma préhistoire, c’est la période
trouble et honteuse de l’Occupation : j’ai toujours eu le sentiment, pour d’obscures raisons d’ordre familial, que j’étais né
de ce cauchemar. » Dernier ouvrage paru Dans le café de la jeunesse perdue, Éd. Gallimard, oct. 2007.

 

3-OBJECTIF : Évoquer ses origines
Mettre les apprenants en petits groupes de trois ou quatre pour qu’ils échangent entre eux et débattent sur ce qui marque le
plus leur identité. Quand les groupes ont échangé et noté leurs réponses, reconstituer des groupes par affinités de réponses : c’est
la première séance, et donc un moyen pour qu’ils se connaissent mieux. Les nouveaux groupes ainsi constitués donnent ensuite
oralement les raisons de leur choix. Un rapporteur synthétise les arguments recueillis et en fait part en grand groupe.

 

2 OBJECTIF : Présenter par écrit ses origines et ce qui constitue son identité
Faire relire le texte de Modiano, revenir au plan de la question c) : naissance, parents, grands-parents, personnes importantes, milieu
social, auxquels on peut ajouter lieux et culture. La production sera forcément individuelle et peut se faire à la maison. Il ne s’agit pas
de rédiger une autobiographie complète, mais de tracer en une dizaine de lignes les éléments principaux à travers lesquels on revendique
ou on se construit une identité particulière.

 

Journal


GUTE-URLS

Wordpress is loading infos from google

Please wait for API server guteurls.de to collect data from
drive.google.com/open